Thérapeutes en ligne : des réponses immédiates

 

 

 

Comment aider votre enfant à prendre des décisions ?

 

Pour bien préparer cette nouvelle rentrée scolaire, voici quelques astuces qui vous aideront à mieux communiquer avec votre enfant, tout en lui permettant de gagner en autonomie.

Si votre enfant est extraverti, il rencontre peu de difficulté à prendre des décisions. Il n’a aucun mal à exprimer ses émotions, et en général, il est en bonne interaction avec le monde extérieur et les autres. Il est donc plus apte à prendre des décisions en accord avec ses besoins.

Par contre, si votre enfant est introverti, il a sans doute tendance à se comporter en « suiveur », et préfère attendre que vous preniez les décisions pour lui.

Exprimer ses envies est plus compliqué, voire impossible, et il est capable de se priver de moments de joie ou de satisfaction par manque de confiance en lui. Et la seule réponse que vous entendrez peut être de sa part est « je sais pas… » ou « non ! », même s’il ignore pourquoi il hésite ou refuse. Pour lui, c’est une réaction de défense. Ainsi, il ne prend pas le risque de se tromper, ou d’attirer le désaccord de ses parents.

 

Alors, comment lui permettre d’exprimer ses véritables besoins, et prendre des décisions en toute autonomie ?

 

Votre enfant a besoin de savoir que vous l’aimez… inconditionnellement !

Aucun parent n’avouera qu’il n’aime que certains aspects de son enfant. Cependant, c’est un fait. Peu de parents aiment leur enfant de façon inconditionnelle, dans sa totalité.  Ils l’aiment parfois pour ce qu’il fait, parce que son comportement les rend fiers, parce qu’il perpétue les valeurs familiales, parce qu’il comble les souhaits de ses parents.

Mais l’aimer pour ce qu’il est, qu’est ce que cela implique ?

Chaque adulte a en lui des parties qui n’ont pas grandi et sont restées « enfant », des parties immatures ou non résolues, non comblées, marqués par les manques liés à ses relations passées avec ses propres parents, à son éducation, aux traumatismes qu’il a vécus, à ses espoirs déçus. Nous l’appellerons « l’enfant intérieur ».

Les parties non résolues, ou non réparées de « l’enfant intérieur », créent des sortes de « kystes » qui restent profondément enfouis dans notre inconscient.     Lorsque plus tard, en tant qu’adulte, il a lui-même un enfant, cet « enfant intérieur » fera automatiquement et inconsciemment miroir avec son enfant, et réveillera ses anciennes blessures. Ainsi, on comprend mieux les conflits qui opposent certains parents avec leur enfant et les projections qu’ils font sur lui.

Lorsque votre enfant doit prendre une décision, vous souhaitez absolument, en tant que parent aimant, qu’il prenne la « bonne » décision. Pourquoi ?

  • Tout parent dont « l’enfant intérieur » a été malmené ou blessé, dont les besoins n’ont pas été pris en compte ou reconnus, aura tendance à projeter sur son enfant ses propres attentes, niant ainsi les besoins de son enfant qui devient alors le réparateur de ces manques.

Or, chaque enfant est un être unique. Il a ses propres besoins. Les décisions qu’il prendra devront lui permettre d’en tenir compte.

Votre rôle de parent aimant est de l’aider à identifier ses besoins et à les exprimer. Ainsi, il pourra prendre la « bonne » décision.

 

  • Notre société matérialiste, vouée à la compétition, à la comparaison entre les êtres, et la performance, pousse certains parents à aimer seulement leur enfant pour ce qu’il fait, pour ce qu’il produit, ses résultats scolaires par exemple, plus que pour ce qu’il est.

Or il est fondamental que l’enfant sente qu’il est aimé pour ce qu’il est, et non pour ce qu’il fait, et qu’il l’entende.

L’amour ne se marchande pas.

Plus un parent fera preuve d’amour inconditionnel, plus son enfant développera une bonne estime de soi, et prendra la « bonne » décision pour lui-même.

 

Votre enfant a besoin d’être rassuré.

Votre discours doit être clair sur votre capacité à lui faire confiance.

Des mots tels que « Je suis sûr(e) que tu vas prendre la bonne décision », mais aussi « Personne ne t’obligera à faire ce que tu ne veux pas » lui permettront de lui garantir que vous le soutiendrez, quelle que soit la décision qu’il prendra.

 

Votre enfant a besoin de reconnaissance et de sécurité.

Dès qu’il tient sur ses jambes, votre enfant va explorer le monde et tenter toutes sortes d’expériences. Et il a besoin de se sentir reconnu à travers toutes ces petites réussites.

Quand les parents alimentent sa motivation en encourageant ses expériences réussies, l’enfant peut commencer à nouer une relation positive avec lui-même. A l’inverse, un enfant qui manque de reconnaissance aura du mal à se construire des repères et ne pourra pas développer sa confiance en lui.

Evitez cependant l’écueil du « tout positif ». Ne validez pas tout comme positif. Vous épargnerez ainsi à votre enfant les frustrations. En fixant des limites, vous le rassurez, et vous lui permettez d’avancer. Il a besoin qu’on lui explique en quoi il a mal fait quelque chose, ou mal agi. Il se sentira ainsi en sécurité et construira des repères supplémentaires qui l’aideront à prendre ses décisions.

 

 

Christine GRIGGIO 
Expert en écologie relationnelle, thérapeute, coach, formatrice, conférencière

 

Agenda

11
Déc
Tours
Date : 11 décembre 2017
Formation certifiante coach de vie

16
Déc
Domont
Date : 16 décembre 2017
alchimie palier 1 .

18
Déc
Poitiers
Date : 18 décembre 2017
Praticienne certifiée en réflexologie plantaire et médecine chinoise

Paroles de thérapeutes

En vedette

thumb_sylvie 14
soins énergétiques, magnétisme, travail sur les mémoires du corps, massages ayurvédiques
thumb_PL2014
Reiki, Relaxation, Coaching, Ateliers libération subconscient
Relaxation - gestion du stress - troubles de l'alimentation - Un chemin ouvert à l'inattendu pour retrouver confiance et estime de soi.
thumb_photolydieaccueil
Lydie CECILE, facilitatrice de l'éveil pour un bien être durable.
thumb_moi
Thérapie brève en douceur, libération des émotions et du stress, à Paris
thumb_IMG_0272
22, soins énergétiques quantiques, shiatsu, médecine chinoise, rélexologie.
Thérapie quantique sophrologie Analytique magnétisme radiesthésie
Je suis sophrologue certifiée RNCP (niveau de qualification reconnu par l'état formée à l'IFS